Zoom sur l'EPIC#2 : Les Briseurs de Chaînes (Tier 2)

Les Briseurs de Chaînes (Mission Suicide)

  Me voici, Osee Misembière, à La Main de Torm, pour l’enterrement de ce fameux paladin Klysandral, originaire du village. Ça sera l’occasion de regarder ce que fait la concurrence pour les funérailles d’un grand homme, la famille Misembière, fossoyeurs des halfelins d’Eauprofonde, en profitera surement.
L’enterrement se déroule bien, un peu ostentatoire à mon goût, et la musique, mehhh, j’aurais conseillé le fameux barde halfelin Basil Poledouris et son aria L’Enigme de l’Acier.

 Bon rapidement les forces de l’ordre demandent au groupe d’aventuriers avec qui je papote de la cérémonie de donner un coup de main : des fauteurs de trouble sont dans le village pour causer des problèmes. Nous trouvons bien quelques paysans en train d’essayer de faire une magie de rituel dans quelques ruelles, mais rien de compliqué.
    D’un seul coup un dome de force entoure le village et la terre tremble. Surement les autorités qui sécurisent la zone, tout va bien j’espère. Et des gardes du Poing Enflammé viennent me dire que le Duc Ulder Ravengard en personne veut me voir. Il veut surement des conseils pour la suite de l’enterrement, quelle reconnaissance, surtout ne pas oublier de parler de Basil !
Me voilà en sa présence avec trois autres aventuriers, mais ils n’ont pas l’air assez raffinés pour parler de funérailles dignes de ce nom :
  Drag, un demi-orc qui m’a tout l’air d’un barbare avec une hallebarde, Rhogar, un paladin sangdragon de Bahamut, lui a peut-être quelques notions, et un nain Brottok Largebottes, qui m’a tout l’air d’un Ranger se contentant de choses frugales.

    Grand Duc Ulder Ravengard

    Et là tout part de travers : le Duc parle d’une mission pour aller détruire des chaînes gigantesques gardées par des diables qui entraineraient le village vers les Neuf Enfers. La déception me laisse sans voix, encore une mission suicide comme à Szith Morcane. Avant que je ne puisse décliner on nous donne des fioles d’eau bénite pour briser l’enchantement des chaînes, et des soins majeures dont j’imagine trop bien l’utilité. Et on me fait monter sur un cheval, qu’on frappe sur la croupe. Nous voilà partis, et Drag chevauche même une machine infernale qui avance toute seule !

    Nous nous faufilons dans la ville mais deux guêpes géantes corrompues par la magie infernale nous attaquent. Elles griffent et piquent avec leur aiguillon enflammé. La douleur pour nos combattants est terrible, mais à nous quatre nous les détruisons. Et voici la première chaîne, énorme, et gardée par trois diables à chaines. Nous attaquons de front, me voilà encore en train de livrer une bataille contre plus fort que moi, quelle poisse. Mes sorts fusent, les chaines des diables sont redoutables, innombrables et restreignent nos guerriers qui n’arrivent plus à lever le petit doigt. Je relève le paladin par deux fois grâce à mes Mots de Guérison et d’encouragement. Finalement nous vainquons mais la bataille a été rude, les potions y passent. L’eau bénite permet d’affaiblir la chaine qui casse alors sous les coups, ainsi que son ancrage, les diables ne pourront pas la réparer.

  Encore trois chaînes, ça semble impossible, faisons demi tour. Mes compagnons repartent, je ne peux que suivre plutôt que de me retrouver seul au milieu de ces créatures.

  A la seconde chaine nous repérons deux diables à chaines de loin. Brottok agit rapidement et de main de maitre les entoure de plantes épineuses, les diables sont lacérés. Ils s’extirpent avec peine et nous leur tombons dessus, c’est une victoire facile. Drag et Rhogar les descendent avec leurs armes qu’ils manient à une vitesse stupéfiante. Et Rhogar invoque son Dieu pour sanctifier sa lame.

   La troisième, encore deux de ces maudites créatures et une poignée de petits diablotins. Drag les percute sur sa machine infernale, et cause des dommages importants. J’invoque mon chien de mauvais augure, et mon Flétrissement nécrose l’énergie d’un diable. Les diablotins ont peur et nous les tuons dès que nous les repérons. Nous terminons la bataille, Rhogar a tellement invoqué son Dieu qu’il pense ne plus y arriver. Drag boit la dernière potion, il me reste peu de sorts, les deux autres guerriers tiennent à peine debout. 

  Voici la quatrième chaine, nous avons réussi à nous cacher dans la ville pour y arriver sans faire de mauvaise rencontre. Deux diables à chaines, encore une poignée de diablotin, et une femme ailée en armure nous attendent. C’est une Erinye servante de Baphomet me diront les Chevaucheurs de l’Enfer, rien que ça. 

  Les diables foncent sur nous, Brottok recommence avec son dernier sort de Lianes Epineuses, ils sont capturés. L’Erinye nous crible de flèches, j’y échappe grâce à un sort réflexe de Bouclier. Les diables et diablotins tombent, Drag et Rhogar foncent vers la diablesse. Leurs coups pleuvent, mais la créature résiste, Drag enchaine une série de coup à une vitesse sidérante. En retour elle place ensuite un coup terrible au demi-orc, qui aurait dû tomber inconscient, le corps rompu. Poussant un grand cri en orc il reste debout et refrappe. Rhogar et maintenant Brottok sont là. Mais l’armure de plate de la servante de Baphomet la protège, elle tient et place ses coups avec précision. Drag puis Rhogar tombent, Brottok évite de justesse un coup qui l’aurait coupé en deux. Elle commence à réarmer ses coups. Et il ne me reste que l’énergie d’un sort ! Je lance toute mes forces dans un Flétrissement et la servante s’écroule en criant. 

   Vite pansons les plaies, et repartons voir le Duc, les quatre chaines sont détruites. L’épuisement me gagne sur la route, j’oublie à nouveau de lui parler de Basil et de l’enterrement, diantre fichtre !

Pour cette superbe interlude dans l'aventure : Merci Alysis !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :